L’abat-jour, la nouvelle touche déco
28 avril 2020
Peter Marino pour Rubelli
10 juin 2020

Malévitch, du cubisme au suprématisme

Kasimir Malévitch par Antoine dAlbiousse

Nous avons décidé de vous présenter un peintre, Malévitch, un courant artistique, le suprématisme, et sa réinterprétation textile par Antoine d’Albiousse.

Kasimir Severinovitch Malévitch nait à Kiev le 23 février 1878 de parents polonais. Les années 1900 à 1910 sont principalement marquées par son apprentissage de la peinture, inspiré des grands courants de l’époque : le réalisme, l’impressionnisme, le pointillisme et surtout le symbolisme. Après cela, il rejoint un groupe d’avant-garde connu sous le nom de « Valet de Carreau » qui réunit Larionov, Gontcharova, Burljuk, Exter, Jawlenski, Kandinsky… sa période cubo-futuriste (ou fauviste) débute. De cette période, il conservera l’importance de la couleur et du dégradé sur les silhouettes. Il quitte le groupe dont l’idéologie fini par se rapprocher de celle de l’art pour l’art.

Village le matin après la tempête, 1912, oeuvre cubo-futuriste

En 1913, il adhère avec son ami Morgounov et avec Tatline au groupe futuriste « Union de la Jeunesse » et collabore avec le poète Kroutchenykh pour les décors de l’opéra futuriste « Victoire du Soleil » et y laisse pour la première fois sa marque de fabrique : le carré noir sur fond blanc. la période qui s’ensuit se définit comme la naissance du suprématisme, prolongement du cubisme et du futurisme. De 1915 à 1919, plusieurs artistes le rejoignent progressivement dans ses expériences suprématistes comme Popova, Exter, Klioun et surtout El Lissitzky qui forment le groupe « supremus ».

Carré noir sur fond blanc, 1915 – toile fondatrice sur suprématisme

Les formes élémentaires se déploient pour créer leur propre harmonie, et le carré est la base de tous les autres motifs. Le suprématisme se décompose en 3 périodes : 1915 est marquée par le noir, élément fondateur du courant ; la couleur de 1915 à 1918 et le blanc à partir de 1918.

Composition 15, 1916 – les couleurs primaires

De cette période, s’ensuit un abandon de la peinture et quelques années consacrées à l’architecture, jusqu’à un voyage en Europe de l’ouest en 1927 au cours duquel il visite l’école du Bauhaus. Il se remet à peindre en déclinant le thème de la croix, entre-autres, pour marquer son opposition au régime Stalinien.

Les années 1928 à 1933 sont marquées par un retour aux bases symbolistes. Ce mélange marque la période post-suprématiste du peintre. Il revient finalement au classicisme et décède d’un cancer en 1935 à Leningrad.

Coupeur de foin, 1930 – post-suprématisme

C’est de la période couleur qu’est inspiré le lin de la maison Antoine d’Albiousse « Kasimir ». Cette impression

La maison Antoine d’Albiousse nous fait aujourd’hui revivre l’oeuvre de Malévitch au travers de son lin au prénom du peintre : « Kasimir » ; dont le motif s’inspire à la fois de la période couleur du suprématisme par ses formes géométriques, ses teintes primaires et son fond blanc, et de ses périodes cubo-futuristes et post-suprématistes pour le « fading » utilisé (dégradé dans une forme). Cette belle toile de lin au grammage épais peut-être aussi bien utilisée en rideaux qu’en ameublement, et existe sur fond « flax » (lin naturel) et blanc.

Pouf orange : velours Touch Me coloris Citrine et toile Mademoiselle coloris Pierre de Soleil. Coussin vert en Washed velvet coloris Émeraude. Petite vitrine en Drap de Flandres coloris Gazon, Pouf en Mademoiselle coloris Jaune Noir et Washed velvet coloris Mimosa, coussin en Washed Velvet coloris Mimosa

Lin Casimir, pouf en velours Tuch me et Mademoiselle

Drap de Flandres, washed velvet, Mademoiselle

Kasimir et Washed velvet

Kasimir Malévitch par Antoine dAlbiousse

« Le suprématisme est le système précis suivant lequel s’est effectué le mouvement de la couleur, par le long chemin de la culture. » Le suprématisme, Malevitch (1920)

TFA
TFA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *